Le blog des Entrepreneurs Heureux

Pour découvrir ensemble les secrets, les erreurs et les succès des entrepreneurs qui réussissent

Le blog des Entrepreneurs Heureux

Le bon moment pour cesser une relation commerciale?

Pour cesser une relation commerciale, le meilleur moment, c’est maintenant. Pourquoi attendre si ça ne va pas.

Cesser une relation commercialeImagen de Steve Buissinne en Pixabay

Quand les choses ne vont pas bien, dans la plupart des cas, nous n’osons tout simplement pas dire à notre collaborateur, prestataire de service de vouloir interrompre la relation commerciale.

Pourtant, NOUS SAVONS que ça ne va pas, les indicateurs sont là et s’accumulent: mauvais résultats de vente, erreurs de factures, cumul de fautes, information différente suivant l’interlocuteur.

Et bien d’autres…

Quand la relation commerciale est froide, la compagnie téléphonique par exemple, changer de compagnie est facile.

Parfois, la relation est plus personnelle, je pense notamment au commercial avec qui nous prenons plusieurs cafés pour discuter des conditions du contrat ou pour traiter d’autres sujets.

Dans ce cas, la situation est un peu plus compliquée à gérer car elle est plus personnelle.

Dans ce cas, cesser une relation commerciale s’avère difficile (dans notre tête). Bien que nous ayons pu constater avec nos propres yeux que le service ne correspond pas du tout à ce que nous avions convenu, du moins dans notre esprit, nous nous attendions à quelque chose de totalement différent.

C’est ce qui m’est récemment arrivé et c’est cette expérience et les leçons que j’en ai tirées que je veux partager avec toi.

Une expérience désagréable

Je vais partager avec toi ce qui m’est arrivé il y a à peine quelques semaines (nous sommes en mai 2019).

Une bonne relation commerciale

Nous avons, ma femme et moi, engagé les services d’une agence immobilière afin de gérer la location d’un appartement que nous avons acheté, entièrement rénové et meublé dans le but de le louer à des étudiants.

Étant donné que nous ne voulions pas (et ne voulons toujours pas) nous occuper de la recherche du locataire, de la gestion au quotidien des demandes du locataire (réparation des wc, porte qui se ferme mal, etc.), nous avons fait appel à une agence pour s’occuper de tout cela.

Bref, nous avons démarré la relation commerciale avec l’agence SUPERGESTION (ce n’est pas son vrai nom bien évidemment) et tout s’est très bien passé : chaque mois, je perçois le loyer net (loyer moins commission de l’agence) sans m’en préoccuper.

Et c’est tout…

Les signes avant-coureurs et le constat

Comme je dis, tout va bien jusqu’au moment où l’argent ne rentre plus.

Mais avant d’en arriver là, plusieurs indicateurs nous disaient qu’il y a avait peut-être un petit problème d’organisation ou plutôt de communication au sein de l’entreprise.

En effet, dès le premier versement de loyer, SUPERGESTION commet une erreur sur le montant à me reverser (Ils avaient commis une erreur sur la commission qu’ils devaient déduire).

Par la suite, un petit souci pas bien méchant avec la compagnie des eaux. Mais bon, jusque là pas de quoi fouetter un chat. Je continue à percevoir régulièrement le loyer avec parfois un peu de retard.

Toutefois, dans les derniers temps les choses se passent moins bien : l’avant-dernier versement est effectué le 18 du mois alors que la limite est le 10 de chaque mois.

Pour le dernier versement, c’est pire: il n’arrive jamais. Le 10, donc date limite, le paiement n’est toujours pas effectué. Surprise: le commercial m’apprend que les locataires ont quitté l’appartement avant la fin de la période scolaire (Rappel: ce sont des étudiants).

Quitter le logement avant la date prévue, ça arrive, sauf que je ne l’ai appris que le jour où je devais percevoir le loyer.

Après discussion avec Marcel, le commercial de l’agence (Non, ce n’est pas non plus le vrai prénom), j’accepte de ne percevoir que la moitié du loyer.

Je ne suis pas super content mais mieux vaut ça que rien du tout. Ce n’est pas un motif suffisant pour cesser une relation commerciale.

Malheureusement, la surprise ne s’arrête pas là. Au fait que Marcel semble incapable de me trouver de nouveaux locataires après plus de deux semaines alors qu’il m’avait assuré que ce serait fait rapidement, s’ajoute une très désagréable surprise

En effet, j’ai l’idée de faire une visite surprise de l’appartement….

Il était (excusez-moi l’expression) DÉGUEULASSE.

Je passe les détails mais c’est à ce moment-là que j’ai compris qu’il y avait un problème plus grave que je ne l’imaginais.

Prendre la décision

D’abord, éviter de se voiler la face

Cette agence ne s’occupait de notre bien comme nous le ferions. Je n’en demandais pas tant. Cependant, j’attendais de SUPERGESTION un comportement professionnel.

C’est un cumul de points négatifs.

Premier problème, quand Marcel doit présenter notre bien à des locataires potentiels, celui-ci doit être impeccable. Ce n’était pas le cas, je l’ai moi-même constaté.

Deuxième problème, nous avons appris le départ des locataires le jour (au lieu de 30 jours à l’avance) où je devais percevoir le loyer. Donc, au lieu de recevoir l’argent prévu, je ne reçois que la moitié et cela quelques jours plus tard.

Troisième problème, l’appartement est resté vide trop longtemps. Je n’ai pas eu l’impression que cela bougeait beaucoup du côté de Marcel et de SUPERGESTION. Il faut savoir qu’un appartement vide plus de deux semaines, c’est beaucoup trop long.

Prendre la décision

C’est un sentiment de frustration énorme que d’attendre et ne avoir la sensation que ça ne bouge pas.

La décision est prise le jour de ma visite surprise à l’appartement: nous devons cesser notre collaboration. Il fallait prendre la décision immédiatement.

Comment arrêter la relation commerciale

Dès l’instant où il était évident pour ma femme (qui prend les décisions à 100% dans l’entreprise avec moi) et moi-même que cette relation commerciale était mauvaise pour nous, notre décision était prise.

Dès le lendemain, j’ai pris contact avec Marcel pour lui faire savoir que nous arrêtions notre relation commerciale et les raisons qui nous ont poussés à cela.

Bien sûr, comme c’est le cas 9 fois sur 10, il s’est défendu. Mais ses arguments ne m’ont absolument pas convaincu.

Donc, c’en était fini.

Cesser la relation commerciale et établir de nouvelles bases

Le plus vite sera le mieux

Une fois le constat fait, il n’y a pas une minute à perdre. Nous arrêtons de travailler avec SUPERGESTION et Marcel pour en démarrer une nouvelle avec une nouvelle agence qui nous donne déjà de bons résultats ailleurs et surtout une très bonne impression de professionnalisme depuis le début.

En quelques jours, nous avons fait en sorte que l’appartement soit propre au plus tôt, aménagé l’appartement pour un type de locataire différent que les étudiants.

Marie de l’agence H (bien sûr, ce ne sont pas les vrais noms) est venue prendre des photos en quelques jours plus tard et c’est reparti au plus vite.

Nous ne pouvions et ne voulions pas attendre une minute de plus.

Le temps c’est de l’argent

Chaque jour qui passe sans locataire est un jour perdu pour toujours. Il ne faut pas l’oublier dans l’immobilier. Le loyer non perçu ne sera pas compensé par un autre.

C’est la raison pour laquelle nous nous sommes dépêchés pour que tout soit prêt le plus vite possible. Pas une minute à perdre.

Ce n’est pas simple quand on a des enfants et un boulot à côté mais plus vite tu trouves tes locataires mieux ça vaudra. En effet, une fois les locataires installés, ils vont te verser tous les mois un loyer qui sera ton revenu sans avoir à faire grand chose. Ça fonctionne en automatique.

La relation commerciale, conclusions

Ma première conclusion serait que quand une relation ne fonctionne pas la première des choses à faire et de ne pas se voiler la face et de regarder les choses objectivement.

D’une part, si tu laisses filer le temps, tout peut s’envenimer: la relation avec le collaborateur, la relation avec le client et ton état financier.

Par ailleurs, il faut toujours garder les yeux ouverts, je me répète, pour voir les choses en face et pour se rendre compte que l’on peut mieux faire.

La question ici dans ce chapitre est de savoir  comment gérer la relation commerciale avec un partenaire, un fournisseur ou un prestataire de service.

Il faut se rendre  à l’évidence qu’il y a d’une part la relation personnelle et d’une autre la professionnelle. Ce n’est pas toujours facile à gérer.

Dans le cas que j’ai cité, la relation au tout début était parfaite  car je ne m’occupais de rien et je percevais tous les mois un loyer. Cependant, il a suffit d’un incident pour voir que ce collaborateur n’était pas à la hauteur de mes exigences.

De plus, je m’entends toujours très bien avec Marcel et je pense que nous pourrons maintenir une bonne relation précisément parce que j’ai coupé court au bon moment.

Si j’avais attendu plus longtemps les choses se seraient dégradées péniblement.

Ma conclusion est que nous devons toujours travailler avec des personnes qui partagent notre philosophie, nos principes et notre vision.

Si les personnes avec qui nous établissons une relation commerciale ne remplissent pas ces critères, il est préférable de s’en séparer car il en va du bien-être de notre entreprise.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.