Le blog des Entrepreneurs Heureux

Pour découvrir ensemble les secrets, les erreurs et les succès des entrepreneurs qui réussissent

Le blog des Entrepreneurs Heureux

Madam C.J. Walker

Peu connue en France, Madam C.J. Walker a marqué son époque non seulement parce qu’elle a réussi l’exploit de devenir la première femme noire millionaire, ni parce qu’elle a changé la vie de milliers de personnes mais aussi par son passé. Ses parents ont été esclaves dans une plantation aux Etats-Unis au XIXe siècle. Sarah Breedlove (plus tard Madam C.J. Walker) vient de loin, de très très loin.

Sa jeunesse et la naissance de Lelia

A 7 ans, Sarah Breedlove (plus tard Madam C.J. Walker) se retrouve orpheline. Elle va alors vivre avec sa sœur aînée et son mari.

A 14 ans, elle se marie avec Moses McWilliams avec qui elle donne naissance à Lelia en 1885. Sarah n’a que 17 ans.

A 20 ans, elle se retrouve veuve, nous sommes en 1888.

Lelia

“Il n’y a pas de chemin parsemé de fleurs royales vers le succès, ou s’il en existe un, je ne l’ai pas trouvé. Quoi que j’aie pu accomplir dans la vie, j’ai réussi à le faire parce que j’étais prête à travailler dur”. Madam C.J. Walker

Sa fille est le centre de ses préoccupations. Elle ne le sait pas encore mais Lelia sera le cœur de l’empire Madam C.J. Walker car Sarah n’a qu’une idée en tête : améliorer sa condition de vie pour elle mais surtout pour Lelia.

Saint Louis et la révélation

Elle s’installe alors à St Louis où se trouvent ses trois frères aînés. Ils sont barbiers et, bien que n’étant pas riches, loin de là, ils ont une certaine position sociale.

Sarah travaille en faisant les corvées de linge pour des familles et plus tard gagne sa vie en tant que cuisinière.

Dès 1889, elle assiste à la paroisse. Elle laisse sa fille aller à l’école grâce à l’aide de l’orphelinat St Louis Colored Orphans’Home

Un jour, alors qu’elle s’apprête à laver une pile de linge, elle se demande ce que va devenir sa petite fille le jour où son dos ne le lui permettra plus. Ça a été son point de départ.

À partir de ce moment-là, durant plus de 10 ans, elle se demande comment elle va s’en sortir: elle a trouvé sa motivation. Durant tout ce temps, elle vit entre son travail de laveuse et sa paroisse.

Son rêve est l’origine d’une lutte intérieure : son rêve d’une vie meilleure va à contre-courant. Pour ses voisins, c’est une simple femme travailleuse comme le reste, de l’autre c’est Sarah, une femme avec des rêves qui vont au-delà de toute imagination.

Une erreur et quelques bonnes décisions

Une énorme erreur dans sa vie personnelle : se marier avec Davis Robinson. Cet homme, peu ambitieux, buveur et parfois violent avec elle, n’est vraiment pas le soutien qu’elle espère.

A cela s’ajoute que durant ces années à St Louis, elle vit dans des quartiers dangereux contaminés par l’alcoolisme, les bagarres et les meurtres.

A l’exception d’Owen qui est perdu dans la nature, elle perd ses trois frères qui habitent Saint Louis e quelques années. Ce qui la laisse dans une situation difficile du fait de se retrouver sans son proche entourage qui la protège.

Finalement, elle se sépare de Davis et commence une relation avec Charles Joseph Walker. Celui-ci est totalement différent de Davis: il est ambitieux et travailleur. Sarah pense qu’avec lui elle peut faire quelque chose de grand dans la vie. C’est une qualité que tous deux admirent réciproquement.

C.J. Walker vend des espaces publicitaires dans les journaux. Ceci va s’avérer important dans la stratégie commerciale de Sarah, bientôt Madam C.J. Walker.

Pendant tout ce temps, Sarah s’entoure de nouvelles amitiés. Jessie Batts Robinson est d’un autre niveau culturel la pousse à aller de l’avant et leur ouvre la porte de sa maison à Sarah et sa fille Lelia.

Elle prend des cours du soir pour atteindre l’éducation qu’elle n’a jamais eu.

Sarah participe à des projets communautaires avec son amie Jessie à travers le St Paul’s Mite Missionary Society. Elle développe des connaissances sociales et gagne en confiance.

Durant cette période, elle rencontre un problème pour lequel elle finit par trouver une solution qui va marquer sa vie à jamais. En effet, son problème de perte de cheveux est grave. Ne trouvant jamais de solution dans les recettes de l’époque, elle en invente une qui, dit-elle, lui est apparue en rêve pour permettre aux cheveux de repousser.

En fait, ce produit existe déjà. C’est en devenant agent de vente d’Annie Turnbo Malone que démarre la véritable aventure de son entreprise.

Il faut quitter Saint Louis

Sarah Breedlove comprend que pour avoir du succès : TRAVAIL, CONTACTS, BONNE PRÉSENTATION (d’où son obsession avec ses cheveux), ÉDUCATION sont les 4 piliers du succès. Elle est consciente qu’elle doit atteindre tout cela par elle-même, faute d’avoir reçu une éducation formelle.

Mais ce n’est pas tout, Saint Louis est devenu trop petit.

Le 20 juillet 1905, elle arrive à Denver avec 1,50$ en poche. Cependant, cette femme proche de ses 40 ans est convaincue qu’elle va faire fortune avec son produit.

En quelques mois, novembre ou décembre au moment où C.J. la rejoint à Denver, elle connaît déjà bien la communauté. Rapidement, C.J. et Sarah se rapprochent des congrégations ou associations noires les plus populaires.

Madam C.J. Walker : l’union fait la force

A partir de son mariage avec Charles Joseph Walker, ce n’est plus Sarah Breedlove, dorénavant c’est Madam C.J. Walker. Elle choisit de se présenter de la sorte certainement pour une question d’image. Madam, qui vient du français “Madame” est un indicateur de qualité, de confiance pour la présentation de ses produits.

Ils se marient le 4 janvier 1906.

Le produit pour cheveux connaît un grand succès car elle comprend que l’apparence extérieure, notamment des cheveux est très importante pour les femmes. Les produits que les femmes noires utilisent d’habitude est désastreux.

L’équipe que forment Sarah et C.J. fonctionne puisque chacun renforce l’autre. En mai 1906, C.J. organise un concours de beauté tout en faisant la promotion des produits de sa femme.

Le Système Walker

Son système de vente à ses débuts: le porte à porte et la publicité.

Elle investit beaucoup en publicité dans les journaux. On dit d’elle qu’elle dépense plus dans l’achat de publicité que pour acheter du pain et du beurre.

À cela s’ajoute sa personnalité qu’elle met en avant lors de ses visites porte à porte. Elle est convaincante car elle montre qu’elle veut réellement aider les femmes avec leur problème de cheveux.

La perfection vient après

Ce que je constate est que Sarah Walker n’attend pas que tout soit parfait avant de lancer. Elle fait puis elle se perfectionne.

Au fur et à mesure que son mari organise des événements dont la communauté de Denver était demandeuse, Sarah améliore son image de marque.

La propagande, on dit plutôt marketing aujourd’hui, que lui procure son mari avec le Decoration Day en 1906 booste les affaires de Sarah. Ainsi, elle commence alors à recevoir des invitations pour faire des démonstrations tant elle a impressionné avec son produit.

Plus elle voyage, plus elle gagne

Elle ferme sa boutique de Denver pour aller plus vers le Nord où ses voyages lui permettent de comprendre qu’elle peut prospérer bien plus.

Malgré les recommandations de ses amis qui lui prédisent qu’elle ne va pas pouvoir couvrir toutes les dépenses du voyage, elle s’obstine et elle réussit. En effet, en 1907, elle triple son salaire (Elle gagne 3652$) par rapport à l’année précédente (à cette époque, le salaire d’une femme dépasse rarement les 300$ par an et un ouvrier à peine 720$).

Sa formule pour le traitement des cheveux est une des clés de son succès, mais ce n’est pas la seul: c’est un leader naturel avec un fort pouvoir de persuasion et elle comprend parfaitement le besoin des femmes de devenir belles et financièrement indépendantes.

Entre 1906 et 1908, son entreprise devient nationale. A chaque ville qu’elle visite, Madam Walker effectue sa visite en 6 étapes:

1. Elle visite les villes dont la population noire est la plus concentrée.

2. Elle se rend à la paroisse ou l’église méthodiste ou les deux.

3. Elle choisit le meilleur logement possible.

4. Elle organise des démonstrations dans la paroisse ou l’église.

5. Elle forme des agents qui vont travailler sur place.

6. Elle prend note des commandes.

Elle visite Cuba, Costa Rica, le Nicaragua, la Jamaïque et le Panama en 1913 car elle sait que de nombreuses femmes d’origine africaine dans les Caraïbes sont susceptibles d’acheter ses produits.

Le succès est tel qu’elle décide de s’établir à un endroit fixe afin de gérer son affaire.

Etablir un centre et créer un réseau

Pittsburg

Elle choisit tout d’abord Pittsburg. Elle y applique toujours la même méthode : établir des contacts qui la soutiennent.

Pendant ce temps-là, elle double encore son salaire avec 6672$ en 1908 et 8782$ l’année suivante.

Sa fille Lelia occupe des fonctions de plus en plus importantes dans la société Madam C.J. Walker. En occupant le poste de gérante des commandes centralisées, elle permet à sa mère de reprendre les voyages afin d’étendre son réseau d’agents à travers tous les États-Unis.

Par la suite, son prochain objectif à partir de 1910: trouver le financement pour la construction de son usine pour la fabrication de son produit miracle.

Pour cela elle continue à étendre son réseau social et son influence devient grandissante. Ceci se fait sentir à chacun de ses passages dans les différentes villes. Sa capacité à captiver les gens grandit.

Indianapolis

C’est finalement à Indianapolis qu’elle y établit la Madam C.J. Walker Manufacturing Company qui comprend sa centrale de vente, une usine et une école de beauté. En 1911, elle y figure comme seule actionnaire.

· Une centrale de vente pour la distribution de ses produits par correspondance.

· Une École de beauté où elle y forme ses agents

· Une usine pour la fabrication de ses produits. À sa mort, son usine fabrique 10 produits différents.

· Elle ajoute ensuite un laboratoire pour la recherche de nouveaux produits.

Les agences de beauté Madam C.J. Walker

Elle organise ses agences de vente en club de beauté. Son message aux femmes est qu’elles méritent d’être belles.

Cela donne ainsi tous les outils à ses agents pour mieux vendre : les produits pour les traitements de cheveux, un lieu de réunion, des arguments de vente et l’image de la femme belle.

Elle crée et organise non seulement les clubs de beauté mais également des conventions des agents Madam C.J. Walker.

Le marketing

Elle utilise le marketing à fond: elle fait parler de son produit par la presse, des clients satisfaits, des gens influents, des démonstrations.

Autre stratégie marketing: elle propose trois mois de traitement gratuit à toute personne lui apportant dix nouveaux clients.

Ensuite, en avril 1910, elle augmente le budget publicitaire au même titre que ses revenus qui passent à 10.989$

Son équipe

Sa fille Lelia est son premier soutien non seulement par sa présence dans la compagnie mais également moral pour sa mère.

Elle s’entoure de 2 avocats conseillers, Freeman Briley Ransom et Robert Lee Brokenburt et d’une ancienne institutrice, Alice Kelly pour l’assister dans la direction de son entreprise, on peut dire dorénavant empire.

Elle aide sa communauté

Créer des emplois et aider sa communauté

Au même titre que la publicité, je commence à comprendre que la philanthropie apporte à l’entrepreneur une notoriété qui nourrit son entreprise. À son tour, le succès entrepreneurial permet à l’entrepreneur de renforcer son côté philanthropique.

Comment s’y prend-elle?

Elle crée des emplois

Sarah Walker est très sensible à la situation précaire de nombreuses familles. C’est la raison pour laquelle elle emploie pour son usine et dans les bureaux 3 douzaines de personnes qui vivent à proximité. Elle distribue des paniers de nourriture et des dindes à Noël.

Elle est Consciente que ce n’est pas suffisant.

Elle améliore la vie de ses agents

Améliorer sa vie

Elle permet à ses agents de bien gagner leur vie grâce aux commissions. Bien au-dessus du salaire courant, elles gagnent plus que les maîtresses d’école ou les infirmières. Ce qui lui permet de créer un réseau fidèle et efficace.

Car ses agents sont entraînés et reçoivent un certificat De Madam C.J. Walker garantissant leur professionnalisme. Concrètement, les étudiantes de Madam C.J. Walker apprennent:

1. À savoir se présenter, c’est à dire aussi bien physiquement que personnellement

2. À utiliser les produits de Madam Walker

3. À vendre les produits aux clientes.

À sa mort, en 1919, elle a 20000 agents qui vendent et enseignent le traitement de cheveux avec ses produits.

La Philanthropie de Madam Walker

George Knox, YMCA. Madam C.J. Walker donne son soutien à cette association en participant à la collecte de fonds pour la création d’un bâtiment la même année. Personnellement, elle réalise son premier don de 1000$, ce qui est incroyable si on pense que c’est la fille d’anciens esclaves et qui n’a pas eu de scolarité durant son enfance.

Par la suite, son intérêt pour les causes sociales la pousse finalement vers l’étape supérieure : la politique. Elle ne veut plus se contenter de faire croître son empire. C’est plutôt son empire qui doit la desservir pour les causes qu’elle défend.

Elle s’implique donc en politique, c’est une des raisons pour lesquelles elle s’installe à Harlem.

Madam C.J. Walker organise des manifestations pour les droits des Noirs, pour rendre visible et pénaliser les lynchages. Elle promeut l’indépendance financière des femmes.

Comme tu peux le voir, elle ne se contente de devenir riche et de le garder. Son argent n’est pas une fin en soi mais un moyen afin de permettre à d’autres femmes comme elles aussi bien d’améliorer leur situation matérielle que de leur donner de la confiance et de la fierté dans leur travail et dans la vie.

Les secrets de Madam C.J. Walker

“N’attendez pas que les opportunités se présentent. Levez-vous et créez-les.” Madam C.J. Walker

Elle a une vision

Cette fille d’anciens esclaves pourrait très bien se contenter de ce qu’elle vient de créer. Après tout, elle gagne bien sa vie.

Pourtant, ce n’est pas ce qu’elle fait. Elle voit grand.

Qu’est-ce qui l’a poussé à chercher avec autant de détermination à améliorer sa vie? Sa fille Lelia. Sa motivation vient de là.

Elle ne renonce jamais.

“La persévérance est ma devise” Madam C.J. Walker

C’est une personne persévérante. Malgré le fait qu’elle n’ait pas été invitée à la Conférence des Fermier de 1912 par Mr Booker T.Washington, elle s’y présente.

Elle arrive enfin à le rencontrer et à se présenter elle, son affaire et ses produits.

La persévérance de cette femme porte ses fruits. Elle savait que ce serait bon pour son affaire, elle ne contente alors pas du refus d’invitation de sa part : elle force le passage.

Apprendre, toujours apprendre

Apprendre toujours apprendre

Sarah s’entoure de personnes brillantes qui vont non seulement l’aider à gérer son affaire mais également à elle-même acquérir des connaissances.

En effet, elle est en perpétuelle formation: elle cherche les mots dans le dictionnaire, apprend de l’histoire, sur la politique. Bref, elle absorbe tout ce qu’elle peut.

Elle ne se sent absolument pas menacée par ces personnes brillantes qui l’entourent, bien au contraire, celles-ci lui permettent de s’élever.

Elle diversifie ses activités

Sa richesse augmente mais elle consciente du danger de garder tous les œufs dans le même panier: elle commence à diversifier ses investissements. Elle investit dans l’immobilier dans différentes villes des Etats-Unis telles que New York, Los Angeles, Indianapolis et autres.

Elle participe et aide la communauté

Son empire entrepreneurial grandit en même temps que sa participation et aide envers la communauté.

Je crois qu’en grande partie, son succès vient du fait qu’elle, hormis ses ambitions de richesse et de gloire, elle veut apporter quelque chose à la société.

Les produits qu’elle vend, les emplois qu’elle propose avec des améliorations des conditions de vie, ses dons d’argent ainsi que sa participation aux diverses démonstrations publiques, conférences et associations démontrent ce que cette femme veut et peut faire.

En résumé

Il y a une chose qui me frappe : Madam C.J. Walker n’abandonne jamais. Sa persévérance est incroyable bien que je crois que tu peux prendre note de ses secrets.

Elle a une vision de ce qu’elle veut dans la vie. A partir de là, son esprit est tourné vers toutes les portes ouvertes. Elle ne voit sa situation personnelle comme une fatalité mais simplement comme un fait à prendre en compte. Elle sait que les opportunités sont là, elle n’a qu’à ouvrir les yeux.

Porte ouverte

Et pour toi, entrepreneur ou futur entrepreneur, quelles portes sont ouvertes pour toi ?

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.