Le blog des Entrepreneurs Heureux

Pour découvrir ensemble les secrets, les erreurs et les succès des entrepreneurs qui réussissent

Le blog des Entrepreneurs Heureux

Tout va bien : les indicateurs

Quels sont tes indicateurs te permettant de dire que tout va bien dans ton business?

Autrement dit, quels sont les facteurs qui te permettent de savoir que tu es sur la bonne voie dans ton projet?

Indicateur que tout va bienImage de Gerd Altmann sur Pitabay

Tu te demandes parfois si tes décisions sont les bonnes. Tu te dis : est-ce que les décisions que je prends maintenant me dirigent vers mon objectif final ?

C’est la question que je me pose moi-même de manière récurrente.

Au quotidien, il est souvent facile de perdre de vue le pourquoi de nos actions.

Les revenus, les factures, les besoins quotidiens, les enfants, la vie de couple sont quelques-uns des facteurs qui nous font souvent perdre le contact avec nos objectifs à long terme.

Donc, quand on sait ce que l’on veut pour notre vie d’entrepreneur, il faut périodiquement revoir nos objectifs à long terme pour éviter de perdre le Nord.

Être flexible

Ceci étant dit, être entrepreneur implique aussi être flexible.

En effet, ton projet doit évoluer avec ce qui t’entoure. En effet, les circonstances changent et nos objectifs à long terme ne doivent pas être un voile noir devant nos yeux.

Les exemples en matière technologique nous forcent à faire évoluer notre perception du monde.

Mais ceci est un autre sujet. Celui dont je veux parler dans cet article est sur notre perception des choix que nous prenons au quotidien.

La phrase « Tout va bien » signifie une chose et se compose de divers indicateurs.

Tout d’abord, dire « Tout va bien » veut dire que tu es sur la bonne voie : les décisions que tu es en train de prendre maintenant ne te dévie pas de ton objectif final, ou objectif à long terme, ou plan d’affaire. Peu importe le nom.

Les indicateurs sont nécessaires

Les divers indicateurs qui vont me permettre d’être sûr que je suis sur la bonne voie, d’après ma brève expérience, se distinguent en deux groupes :

– Les indicateurs de type sensoriel

– Les indicateurs objectifs ou chiffrables.

Je crois qu’oublier ou ignorer ces indicateurs peut en quelques sortes nous éloigner de nos véritables objectifs et nous faire perdre la foi dans ce que nous entreprenons.

La foi dans ton projet

Et perdre la foi est la tombe de tout projet.

C’est un peu comme quand on observe le prix d’une action.

Si on n’observe que le court terme du prix d’une action, on va vite paniquer dès que celui-ci va baisser, et on sera excessivement enthousiaste en situation inverse.

Par contre, observer le long terme avec les indicateurs que je vais citer par la suite nous donne (et doit nous donner) la sérénité et la flexibilité nécessaires pour les décisions qui vont suivre.

Cette sérénité et la flexibilité sont les éléments sont clés face à l’adversité.

Les indicateurs sensoriels

Indicateurs sensorielsImage de Gerd Altmann sur Pixabay

Les indicateurs sensoriels sont, à mon humble avis, ceux que nous devrions soigner ou développer le plus.

Bien que certains puissent trouver ces indicateurs peu sérieux, peu fiables, mystiques, bref de la science fiction, c’est tout le contraire qui s’opère ici. C’est ce que je veux argumenter ici.

En effet, les sensations que nous ressentons quand nous parlons avec quelqu’un, quand nous serrons la main pour signer un accord, lorsque nous prenons une décision sur un projet (création d’une entreprise, achat d’un bien immobilier, etc.) sont en définitive des réactions de notre corps.

Notre corps est un bon indicateur du bien fondé de nos décisions…si nous savons les interpréter.

L’intuition

L’intuition est de manière erronée considérée comme un outil dangereux pour prendre une décision.

Par contre, c’est souvent la toute première impression que nous ressentons face à telle personne, tel projet ou tel bien qui est la bonne.

Malheureusement, je crois que ce jugement rapide de notre corps tout entier est trop fréquemment intoxiqué par la bien-pensance.

Dit autrement, c’est le politiquement correct qui ne nous permet plus de voir ou plutôt d’accepter ce qui est devant nos yeux.

L’émotion

L’enthousiasme est nécessaire pour maintenir le cap dans tout projet.

Il faut garder la tête froide pour les décisions sur le court terme mais aussi reconnaître et accepter ce sentiment de bonheur qui te saisit lorsque tu viens de franchir une étape vers ton objectif final : signature d’un contrat, achat d’un bien, contact avec un client, etc.

Finalement, cela complète ce que j’ai dit précédemment concernant l’intuition, c’est une réaction de notre corps face à une situation.

Un bon entourage professionnel

Un bon entourage professionnel est fondamental si tu veux faire croître ton entreprise.

En premier lieu, cet entourage sera efficace sur le papier. En effet, l’expertise d’un notaire, un expert-comptable ou d’un avocat doive d’abord se démontrer par des connaissances « quantifiables ».

Au-delà de l’aspect empirique, pour que ton projet avance de manière efficace, ton entourage professionnel doit partager ta vision. Tu ne peux pas t’entourer de personnes, même si elles sont au top professionnellement, qui pensent que ton projet ne va nulle part, ou que ce que tu fais est immoral, bref qui ne te respectent pas.

Lorsque tu es entouré de personnes compétentes dans leur domaine respectif et qui en plus respectent et soutiennent ton projet, il y a là aussi un indicateur sensoriel important qui se déclenche : tu n’es pas seul dans ton projet, tu as du soutien.

Les contacts avec les clients existants ou clients potentiels

Les clients sont la réponse à la question principale de ton projet d’entreprise : mon produit apporte t-il quelque chose au monde ?

Quand une personne achète ton produit (un stylo, une formation, un cours que tu proposes, ton livre, l’appartement que tu mets en location, etc.), tu dois, en principe, ressentir une sensation d’enthousiasme et de bien-être inhabituel.

En effet, quand un client achète ton produit, cela veut dire que tu réponds à une demande.

Je vais te donner un exemple personnel. Je propose des cours de français en Espagne à des particuliers et à des entreprises depuis plus de 9 ans. Et bien, encore aujourd’hui, quand je suis sollicité pour des cours, je ressens toujours la même émotion : de la satisfaction et de la fierté.

Un autre exemple qui concerne mon projet en cours : proposer des appartements en location. Quand un locataire voit l’appartement que mon épouse et moi proposons et que nous constatons son émotion lors de la visite, je ne peux ressentir qu’une grande sensation de bien-être par le travail bien fait.

Dans ces deux exemples que je viens de mentionner, il y a là un indicateur émotionnel très fort : je sais que je suis sur la bonne voie et que je peux encore faire mieux.

Les indicateurs objectifs

Indicateurs objectifsImagen de Lorenzo Cafaro en Pixabay

Les indicateurs chiffrés et chiffrables sont quantifiables, c’est-à-dire ceux que l’on peut mesurer et présenter sur le papier à des tiers : à des associés, des investisseurs, la banque afin de lui demander un prêt, etc.

Nous ne parlons plus de sensations, ni d’émotions, ni de la sensation de travailler en équipe. Il s’agit maintenant d’une évaluation des chiffres.

Je ne vais pas proposer ici un cours magistral sur la lecture d’un compte de résultat ou de la comptabilité de notre entreprise.

Pourquoi ? Tout d’abord parce que ce n’est pas le sujet, ensuite parce que je ne suis absolument pas un expert en la matière.

C’est un thème que j’aborderai probablement un jour avec les connaissances suffisantes pour en parler en toute confiance.

Cependant, je vais mentionner les trois critères visibles à l’œil nu qu’il faut, à mon avis, prendre en compte pour pouvoir suivre correctement l’évolution de notre projet :

· Le chiffre d’affaire

· Les clients et les collaborateurs

· Les demandes

L’évolution du chiffre d’affaire

Les experts sont là pour nous guider dans nos choix. Je dis bien nous guider, non pas de prendre les décisions à notre place.

Les experts sont indispensables pour notre projet pour nous fournir uniquement tous les outils afin de déterminer quelle est la meilleure option parmi celles qui se présentent.

Ceci étant précisé, être entouré d’experts est une chose mais être capable d’échanger avec eux sur leur propre terrain en est une autre.

C’est la raison pour laquelle, afin de maintenir une conversation avec notre comptable et notre expert-comptable, il faut être capable de comprendre et de se faire comprendre.

Il est donc important de se former dans le maniement des outils chiffrables présentés par la comptabilité.

Ces outils sont indispensables car non seulement ils vont nous permettre de suivre l’évolution de notre chiffre d’affaire et du bénéfice mais aussi de maintenir un contact avec nos experts.

Par exemple, si notre bénéfice chute, il faut savoir si c’est dû à une baisse du chiffre d’affaire ou à un investissement qui a réduit notre gain final, certes, sans que toutefois cela affecte nos revenus directs.

Donc, mon conseil est double:

  • fais appel à un expert pour tenir tes comptes
  • et forme-toi dans le maniement des outils comptables. Connaître le langage et apprendre à lire les chiffres fait partie du bagage de l’entrepreneur.

Les commentaires des clients et collaborateurs

Ceci est plus facile à gérer car ça ne demande pas d’études particulières. Chacun peut lire et interpréter les commentaires des clients et des personnes qui travaillent avec nous.

Pour cela, il y a deux conditions à remplir :

1. Accepter les critiques et

2. Apprendre à les gérer.

Accepter une critique positive est facile car c’est très agréable et ça nous booste.

Par contre, les critiques négatives sont parfois dures à encaisser car nous avons tendance à les prendre comme une attaque personnelle.

Lorsque la critique est faite de bonne manière, c’est digeste. Par contre, si elle est virulente, garde ton sang-froid: c’est une opportunité pour améliorer un aspect de ton projet.

C’est dur, je sais, mais c’est la meilleure direction.

Ce qui nous conduit à la deuxième condition : apprendre à gérer une critique.

Mon avis sur le sujet est que toute critique, positive ou négative, peut contenir un poison introduit par celui qui l’émet : la mauvaise foi.

Quand une personne émet une critique sur ton projet, attends avant de réagir. Surtout si tu ne sais pas quoi dire. Il est possible que la personne qui te critique te dise cela pour en retirer un bénéfice.

« Tout le monde aime la flatterie, chacun se méfie de la franchise. » Proverbe chinois.

Prépare des phrases toutes faites si tu te sens obligé de dire quelque chose dans ces situations.

Les flatteurs trouvent leur intérêt dans la flatterie alors que les personnes franches le trouvent dans leur honnêteté.

Une personne franche ne sera pas forcément agréable mais voudra simplement te faire part de sa déception car elle attend plus de toi.

Par conséquent, accepte la critique, prends du recul et cherche une solution. Nous sommes tous faillibles et perfectibles.

Les demandes

Je fais référence ici à deux types de demandes : les sollicitations de clients ou clients potentiels et les commandes de tes produits de la part de tes clients.

Les deux peuvent indiquer que ton projet est sur la bonne voie.

Quand on est sollicité pour notre produit, ce qui se traduit par des questions sur le produit lui-même (disponibilité, prix, demande de prix, etc.) c’est qu’il y a de l’intérêt.

Par conséquent, cet intérêt peut se traduire par des commandes, ce qui indique que ton produit répond à une demande. C’est un indicateur très positif. Tout va bien.

Bref, comment savoir que tout va bien

Je partage avec toi deux types d’indicateurs, sensoriels et objectifs, qui doivent te permettre de contrôler ton navire. En définitive, il s’agit pour toi de savoir si tout va bien dans ton projet.

Pour résumer le contenu de l’article ci-dessus, nous avons :

Les indicateurs sensoriels :

· L’intuition que tu dois respecter et développer. Ces premières impressions qui sont souvent les bonnes.

· L’émotion pour chaque étape de ton projet. Fais la distinction entre chaque étape importante et laisse-toi emporter par l’enthousiasme chaque fois que tu en as franchi une.

· Un entourage professionnel qui te suit dans ton projet parce qu’il y croit.

· Le contact avec les clients existants ou clients potentiels. Avec eux, tu vas ressentir ce qu’est le bien-être du travail accompli. Si un client t’achète un produit ou montre de l’intérêt, c’est que tu es sur la bonne voie.

Les indicateurs objectifs :

· L’évolution du chiffre d’affaire.

· Les commentaires des clients et collaborateurs. Accepte les critiques, fais la distinction entre les uns et les autres, apprends à les gérer et les utiliser.

· Les demandes sous forme de questions sur ton produit ou de commandes directement.

Je te remercie de lire mon article jusqu’à la fin. Je t’invite à me faire part de tes commentaires ci-dessous.

Je serai ravie d’y répondre.

Continue avec ton projet, tu verras que, tôt ou tard, tout ira bien.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.